Cerro Torre

Cerro Torre, situé aux confins de la Patagonie en Argentine, s’élève au-dessus de la pointe méridionale de l’Argentine,  sous un ciel souvent orageux dans le parc national Los Glacieres. Cet impressionnant sommet effilé prend sa source sur l'extrémité orientale de la calotte glaciaire de Patagonie.

Il s'élève majestueusement tel un pic granitique géant au-dessus des Pampas, à proximité de la pointe sud de l'Amérique du Sud. Parfois, le reflet rougeâtre du lever du soleil se reflète sur le Cerro Torre et ses sommets satellites.

La montagne patagonienne Cerro Torre n’est pas seulement la plus belle et la plus difficile à grimper au monde, c’est surtout une montagne de légende qui a inspiré le plus incroyable mensonge de l'histoire de l'alpinisme.  Il est l’un des plus convoités au monde, notamment par les alpinistes aguerris, en raison de ses montées difficiles et sa longue forme pointue.

Histoire de Cerro Torre

En 1952, l’alpiniste français Lionel Terray affirma que le Cerro Torre était impossible à escalader. Ses parois étaient trop abruptes et extrêmement lisses. Les conditions météorologiques étaient d’autant plus épouvantables.

Les premières tentatives eurent lieu pendant l’été 1957-1958. L’été, dans l’hémisphère Sud, démarre en décembre. Il y a eu au total 2 expéditions italiennes, menées par Cesare Maestri et Walter Bonatti, connus pour être de grands rivaux. Elles s’étaient soldées par des échecs. Les équipements, les techniques et la technologie de l’époque rendaient quasiment impossible le franchissement de la paroi de granite.

1959 : Une première ascension par Maestri controversée

En 1959, l'alpiniste italien Cesare Maestri déclara avoir terminé la première ascension du Cerro Torre, culminant à 3102 mètres, après avoir atteint le sommet en passant par une route traversant la face est du pic. Son partenaire de corde, le grimpeur expérimenté autrichien Toni Egger trouva la mort au cours de la descente, à cause d'une avalanche. Maestri lui-même fut secouru par son partenaire et ami Cesare Fava quelques jours plus tard, au pied de la montagne, à moitié enseveli sous la neige.

Depuis lors, peu de voix ont remis en question cette ascension. La première raison se rapporte à la difficulté de l'itinéraire que Maestri et Egger ont suivi pour arriver jusqu’au sommet de la Tour. L’autre raison se rapporte à l'absence de photos ou de tournage étayant que le sommet du Cerro Torre fut atteint.

Cette première ascension revendiquée par Maestri, avec l'Autrichien Toni Egger, serait l'une des plus belles prouesses de l'histoire en matière d’alpinisme. C’était la conquête sur 7 jours d'un sommet extrêmement difficile et un itinéraire très technique, le tout dans des conditions météorologiques défavorables. 

1970 : La route des compresseurs par Maestri

L’ascension de Cerro Torre par Cesare Maestri a été vivement contestée dans les années 1960. Pour faire taire ses critiques, Maestri a organisé une autre expédition, en compagnie de 5 grimpeurs, en 1970. Il a ainsi établi ce qui est maintenant appelé la « route du compresseur ».

Cesare Maestri retente ainsi  l’ascension du Cerro Torre cette fois-ci équipé d’une perceuse et d’un compresseur afin de pouvoir disposer des pitons dans la roche. Après un nouvel échec en Juin, il atteignit finalement la limite roche/glace l’été suivant, sans pour autant atteindre la calotte de glace sommital. En voyant que des espagnols s’apprêtent à utiliser la voie qu’il a ouverte avec l’aide des pitons, il se fâcha et arracha tous les pitons parsemant la dernière longueur.

La première ascension complète et incontestée du Cerro Torre a lieu en 1974. Elle fut accomplie par Casimiro Ferrari, Mario Conti, Daniele Chiapa et Pino Negri. Hélas pour eux, cet exploit ne bénéficia que d’une faible médiatisation.

1976 : L'ascension du Torre Egger par Jim Donini

En 1976, une équipe d’alpinistes américains a fait la première ascension d’un sommet voisin du Cerro Torre : le Torre Egger. Situé entre le Cerro Torre et le Cerro Standhardt, le Torre Egger fut nommé ainsi en mémoire du dernier partenaire d'escalade de Maestri.  John Bragg, Jim Donini et Jay Wilson ont ainsi choisi un itinéraire qui a retracé la première moitié de la ligne Maestri-Egger.

Les 3 alpinistes sont passés par le col de la Conquête, situé entre le Torre Egger et le Cerro Torre, pour ensuite traverser la crête et finir jusqu'au pic du Torre Egger. L'ascension, ralentie par le mauvais temps, fut réalisée de décembre 1975 au 22 février 1976.

D’ailleurs, Donini contesta la revendication de Maestri. Ce dernier avait décrit la première section d'escalade des dalles jusqu'au col comme facile. Quant à la dernière section de traversée, elle était qualifiée de délicate et difficile.

Pour Donini, c’était plutôt l'inverse. L’escalade de la dalle était difficile, tandis que la traversée jusqu’au col était facile à réaliser. Celle-ci suivait un processus de rebord caché. Pour Donini, Maestri n’était pas parvenu jusqu’au Col de la Conquête et n'a pas gravi le Cerro Torre en 1959.

John Bragg sur le champignon de glace final

Le grimpeur américain John Bragg a également critiqué l'éthique douteuse de Maestri. Il était connu pour avoir effectué la deuxième ascension du Cerro Torre en janvier 1977, avec Jay Wilson et Dave Carman. Ils décidèrent de passer par la route Ragni sur la face ouest du Cerro Torre.

1979 : Nouvelle ascension de la « route des compresseurs »

La deuxième ascension de la « route des compresseurs », ayant eu lieu en 1979, fut réalisé par les grimpeurs américains Jim Bridwell et Steve Brewer en 3 jours. La paire a terminé la route en escaladant du granit vierge par le biais de rivets, pitons et têtes de cuivre creusés au sein de fissures naissantes. Le sommet fut atteint le 1er avril 1979.

En 1991, le Cerro Torre a fait l’objet d’un long métrage appelé le « Cerro Torre Grito de Piedra ».

Le 13 novembre 2005, à 23 h 15, trois grimpeurs expérimentés ont aussi pu réaliser l’exploit. Ils se démarquent en atteignant rapidement (en 2 jours) le sommet du Cerro Torre. 

En 2012, David Lama fut le tout premier alpiniste à grimper entièrement en libre le Cerro Torre, c’est-à-dire sans équipement hormis la sécurité.

Cerro Torre aujourd’hui

À l’extrémité sud de l’Argentine, entre une immense calotte glaciaire et les steppes moutonnées de Patagonie, s’élève l’immense tour de glace et de roche de 3 128 mètres appelée « Cerro Torre ». Cette montagne, l’une des plus fascinantes au monde, révèle bien de nombreuses controverses et des défis d’alpinisme majeurs.

Sa silhouette unique est une icône reconnue par les meilleurs et les plus fervents grimpeurs de la planète. Parmi les voies d'accès se trouve la ville argentine d'El Chaltén et la ville chilienne de Villa O'Higgins.

Présentation du Cerro Torre

Le Cerro Torre est un sommet de Patagonie, situé dans le champ de glace Sud de Patagonie, à environ 50 km au nord du parc national Torres del Paine.

Durant plusieurs années, ce haut sommet fut considéré comme l’un des plus difficiles à gravir au monde. Non pas parce que ce sommet est haut, mais parce que la dernière étape de son ascension exige de grimper une paroi granitique verticale sur 800 mètres, avant d’atteindre le sommet.

Par ailleurs, les conditions climatiques sont extrêmement variables et les vents très violents. Il est difficile de prévoir, en amont, une ascension s’étirant sur plusieurs jours. Le sommet est recouvert d’une calotte de glace friable et instable, un ultime défi de taille pourparvenir jusqu’à la cime.

Le Cerro Torre est une incroyable tour de Babel en forme de fusée, le sommet caché par les nuages 300 jours par an. Il est couronné par d’immenses blocs de glace et du givre en équilibre sur des abîmes, s’étirant sur plusieurs kilomètres.

Cerro Torre est le point culminant d'une sous-gamme de montagne généralement appelée le « groupe Torre ». Les trois autres pics formant la chaîne sont le Torre Egger (2,689 m d’altitude), le Punta Herron (2750 m d’altitude) et Aguja Standhart (2 700 m d’altitude).

Le Cerro Torre Trek

Le Cerro Torre Trek est très connu des férus de randonnée. Il emmène jusqu’au magnifique Cerro Torre et aux montagnes environnantes. La difficulté est faible. La distance est d'environ 24 km et peut être accomplie en 5 ou 6 heures. 

C’est une randonnée pouvant être réalisée en une journée (aller-retour). El Chalten est le point de départ et de retour. Le trek commence en douceur sur une montée, puis sur une descente à travers une forêt verdoyante.

Le sentier mène jusqu’à la « Laguna Torre ».  Un chemin sur le côté droit du lac vous permettra de vous rapprocher au maximum du « Cerro Torre ». Profitez également de magnifiques points de vue sur les glaciers situés sous la paroi rocheuse.

Le climat

Le climat est caractérisé par un vent d'ouest dominant et persistant, des précipitations très variables à l’intérieur du Cerro Torre et des températures froides.

Comment s’y rendre ?

L'un des meilleurs moyens de se rendre au Cerro Torre est de traverser la ville d'El Calafate, puis la localité d'El Chalten.

En avion

Il existe deux itinéraires possibles :

  • Prenez un vol au départ de Buenos Aires jusqu’à l’aéroport d'El Calafate. Les vols ne sont pas programmés quotidiennement.

  • Prenez un vol en direction de la ville de Rio Gallegos. A partir de là, via un bus régulier, empruntez la route nationale numéro 5 (asphaltée), qui vous mène jusqu'à El Calafate. Le trajet d’une distance de 316 km prend environ 5 heures.

En bus

Pour vous rendre à El Chalten, depuis El Calafate, prenez la Rt 11, en direction de l’ouest. De là, tournez à gauche en direction du nord, qui vous conduit sur la Rt. 40. Empruntez ensuite la Rt. 23, puis tournez à gauche, en direction de l’ouest, pour arriver jusqu’à El Chalten.

3 photos

Bonjour

Je suis Sophie de "Nunatak". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+56 9 3377 9169